fbpx

6 trucs à faire pour un retour de l’école Zen

par | Juin 8, 2020 | Conseil | 0 commentaires

Aï, le retour de l’école… ici ça a longtemps été super galère… La joie de se retrouver est vite supplantée par l’énervement général et l’organisation militaire du timing du soir. Tout le monde est fatigué, il faut enchaîner la triade devoirs/douche/repas sans parler du coucher… 

En gros, les soirées se transforment vite en une succession d’obligations désagréables qui font exploser nos enfants et nous font monter dans les tours. 

On se promet que demain, ça ira mieux, mais soir après soir on retombe dans le même schéma. 

Comment pourrait on faire pour que les retrouvailles soient de vrais moments de joie et de complicité et que la soirée qui en découle se passe mieux? 

Voici quelques pistes, à vous d’être créatifs pour trouver vos idées qui correspondent à votre famille et à son écologie (hein, quoi? c’est quoi encore ce truc bizarre? No panique, je parlerai d’écologie familiale plus tard, chaque chose en son temps). 

1. Vous d’abord!

Prendre soin de vous d’abord, c’est de votre responsabilité d’adulte, l’esprit de sacrifice est contre-productif

hé oui… je sais que beaucoup de parents élèvent l’esprit de sacrifice en vertu première de la parentalité et croient nécessaire de se consacrer d’abord à leurs enfants et de penser à eux-mêmes en tout dernier, s’il reste du temps, de l’argent, de l’énergie… Grave erreur ! Que, bien évidemment, j’ai commise aussi pendant longtemps avant de découvrir le concept du réservoir affectif cher à Catherine Dumonteil-Kremer (pionnière de la parentalité bienveillante en France, que tu commences à connaitre un peu si tu as lu mes autres articles). 

En gros, l’idée, c’est qu’on a tous un joli réservoir d’énergie positive. Tant qu’il est plein, on peut répondre aux besoins de nos enfants. Et tant que le leur est plein, tout va bien dans le meilleur des mondes. MAIS, notre réservoir se vide rapidement, au grès des déconvenues de la journée ou justement en nous occupant de nos enfants si la relation est difficile en ce moment. Et si notre réservoir est vide, on ne peut plus remplir celui de nos enfants. C’est le principe des vases communiquant. Il est donc primordial de remplir NOTRE réservoir. C’est même de notre responsabilité d’adulte de prendre soin de nous pour pouvoir prendre soin d’eux. 

Donc, reprenons notre problématique de la sortie d’école (ou de garderie hein, c’est pareil). Vous avez trimé toute la journée, supporté les blagues lourdingues de votre collègue, subit la pression de votre supérieur car le dossier 4315 demandé hier devait être prêt pour avant-hier, enduré les transports en commun bondés ou les embouteillages… Vous êtes frustrés car vous n’avez pas pu rester au pot de départ de Géraldine puisqu’il faut être à la garderie à 18H30… Bref, même s’il y a des journées pires que d’autres, globalement vous avez vécu à un rythme effréné et vous avez du faire face à des contrariétés. 

Donc idée numéro 1 : prenez un temps pour vous AVANT de récupérer vos enfants ! Alors attention, un temps pour soi, ça ne veut pas dire un spa avec les copines hein, restons réalistes. C’est simplement un petit truc qui va vous faire du bien. Si vous prenez les transports en commun, pourquoi pas en profiter pour écouter un podcast, faire une séance de méditation, écouter la musique que vous aimez en conscience, lire le roman du moment… Et laisser le dossier 4315 de côté jusqu’à demain matin, de toutes façons 30 minutes de plus dessus, coincé entre les autres passagers, ne vont pas changer la face du monde, n’est ce pas?

Si vous êtes en voiture, pensez aux livres audio il y a des romans mais aussi des contenus de développement personnel (on va toutefois éviter la méditation au volant!). 

Je vous invite à relire mon article « un temps pour soi » qui donne aussi des pistes à ce sujet.

Mon petit truc, c’était de prendre 3 minutes sur le parking de la garderie pour regarder sur Youtube un sketch de mes humoristes favoris, le fait de rire me mettait instantanément de bonne humeur pour retrouver mes enfants. Allez, c’est cadeau!

2. L’urgence: se connecter! (à vos enfants, pas au Wifi!)

Toujours privilégier la relation

Souvent, quand on va chercher les enfants, on est dans le speed. Vite le manteau, vite file dans la voiture, vite enlève tes chaussures, vite les devoirs… On leur saute dessus avec nos questions « alors l’école, ça s’est bien passé? Vous avez fait quoi? Ton contrôle de math, ça a été ? ». 

Alors, piste numéro 2: PRENEZ LE TEMPS de vous reconnecter à vos enfants avant de les bombarder d’injonctions et de questions. 

Selon leur âge, un gros câlin, un bisous, une accolade. Regardez vous dans les yeux, respirez leur parfum naturel, caressez leur cheveux… ça prend 3 Minutes et c’est un vrai « investissement temps » pour la suite de la soirée. 

Ici, dès qu’on rentre à la maison, on enlève les chaussures, on pose manteau et  cartable en vrac et on fonce sur le canapé, c’est le moment câlin. On rangera l’entrée plus tard. Mon grand n’est pas très bisous câlin à ce moment là, on va plus être dans la pleine présence ensemble, assis côte à côte. 

Côté question, essayez « est ce qu’il y a quelque chose de particulier de ta journée que tu as envie de me raconter? » ou « qu’est ce que tu as préféré dans ta journée? » à adapter selon l’âge évidemment. Et pensez à la réciproque, vos enfants apprécieront que vous leur racontiez aussi quelque chose de votre journée. J’essaye de mon côté de raconter quelque chose de rigolo ou d’anecdotique, je ne vais pas leur parler de la négociation du contrat Truc-Truc… Mais plutôt de la nouvelle boulangerie qui a ouvert et où j’ai testé un super bon sandwich chèvre-miel (oui on adore parler de nourriture chez nous, et ce dès 18 mois…) 

N’hésitez pas à jouer, ça peut-être un jeu rapide, un cache-cache de 5 minutes, une course poursuite dans le jardin si vous en avez un… On dit souvent de privilégier des jeux calmes en fin de journée mais je crois que les enfants ont du rester calmes tout l’après midi déjà et ils ont aussi besoin de se défouler. Et vous aussi, un grand fou rire ne vous fera pas de mal!

Tout cela est à adapter selon les jours, votre niveau d’énergie, le leur, mais dans tous les cas, le moment de connexion, de partage, n’est pas un luxe, c’est un essentiel

3. Urgence bis: répondre aux besoins physiologiques! 

 L’enfant n’a pas votre notion du temps, il a faim là tout de suite et son cerveau sous stress ne peut prendre le recul nécessaire à l’attente.

Les besoins physiologiques c’est manger, s’hydrater, aller aux toilettes, dormir. Et bien sûr les contacts physiques affectueux mais normalement à ce stade c’est ok si vous avez bien suivi 😉

Je me souviens d’une époque où j’allais chercher les enfants à la fermeture de la garderie, 19H00, et donc forcément le petit goûter pris à l’école à 16H30 était loin et ils avaient juste faim… le dîner n’était pas prêt… et là c’était la soirée pourrie assurée. j’ai donc pris l’habitude de prendre avec moi des pommes ou des clémentines dans la voiture, de manière à ce qu’ils puissent croquer un fruit tout de suite. 

Cela n’attend pas. Un cerveau qui voit un besoin physiologique non comblé est un cerveau sous stress. Un adulte peut prendre du recul et se raisonner « Une heure ce n’est pas si long, je vais faire quelque chose pour m’occuper en attendant, et je sais que très bientôt je vais avoir mon repas », un enfant ne peut pas faire cet exercice. Dire à un enfant  » tu as faim? hé bien attend, on dîne dans une heure » puis « mais qu’est ce que tu as ce soir, tu es terrible », c’est un non sens. Nourrissez le, ça ira déjà mieux.

Le verre d’eau a une fonction quasi magique ici, souvenez vous que les enfants ne boivent pas assez d’eau dans leur journée d’école, dans la majorité des écoles les gourdes sont interdites et au moment de la récré ils préfèrent jouer plutôt que de faire la queue au lavabo pour boire. Au goûter en garderie, la plupart du temps ils ont un jus de fruit ou une boisson lactée, pas d’eau sauf s’ils en réclament mais vous connaissez beaucoup d’enfant du primaire qui vont réclamer de l’eau? Bref… Leur proposer de l’eau au retour de l’école me semble essentiel.

A toi de voir par quoi tu commences, la connexion ou les besoins physiologiques… Tu connais tes enfants… Si tu n’es pas sûre, écoute les, eux savent! S’ils sont affamés en arrivant à la maison le câlin arrivera juste après. ça peut changer s’il est 16H30 ou 18H30… 

Imagine tu rentres du boulot, ton conjoint est à la maison avec les enfants et ils te sautent tous dessus pour des câlins alors que toi ça fait deux heures que tu as envie de faire pipi… tu connais ça n’est ce pas? Et d’autre fois, tu rentres et tu as juste envie de serrer ton partenaire dans tes bras…Hé bien c’est pareil pour tes enfants. 

4. Lâcher-prise

Zen, minimalisme et communauté d’entraide

Ok donc ton réservoir affectif est rempli au moins à la jauge minimale, les besoins physiologiques sont satisfaits, la connexion s’est établie. Super ! Bravo! Mais il reste les devoirs, la douche, le repas… Et les crispations qui vont avec. 

C’est là que je te propose la piste du lâchez- prise. Ont-ils réellement besoin d’une douche tous les jours? Non, les dermatologues s’accordent sur le sujet, trop de douche abîme la peau et ses barrières naturelles. Une toilettes aux endroits stratégiques est suffisante et fera gagner du temps à tout le monde. C’est très soulageant pour les enfants qui n’aiment pas le contact avec l’eau. Ici, on garde la douche les mardi, mercredi, vendredi, dimanche soirs. Lundi, jeudi et samedi c’est toilette basique. Et non mes enfants ne sentent pas mauvais, n’ont pas de soucis particuliers en lien avec un manque d’hygiène. Et on adapte évidemment selon les activités de la journée, la météo. 

Côté repas, l’équilibre alimentaire ne passe pas forcément par une heure de cuisine. Chacun trouvera son organisation il y a les fan de la cuisine à fond le week end pour faire des portions disponibles toute la semaine, il y a les fans du « buffet ». Il s’agit de mettre sur la table des crudités de saisons et des sauces dans des bols à part, des houmous et autres petites choses vite faites et chacun se compose son assiette. Les aliments non assaisonnés se conservent plusieurs jours dans des boites hermétiques au frigo. C’est plus facile en été. Et puis les inconditionnels des pasta, avec une petite sauce aux légumes pour la bonne conscience…

Personnellement je fais un mix des trois solutions. Pour les légumes si je n’ai pas le temps d’éplucher et de faire cuire, je privilégie les bocaux ou conserves dont les emballages sont recyclables (contrairement aux sachets plastiques des surgelés). C’est soulageant d’avoir toujours un petit stock de petits pois carottes, haricots verts etc dans les placards. 

Concernant les devoirs, ça sera le sujet d’un prochain article car on pourrait écrire 20 pages sur le sujet… Difficile parfois de lâcher-prise… D’ailleurs petit rappel, officiellement les devoirs écrits sont interdits à l’école primaire… 

Avant de lâcher-prise sur le sujet et de travailler la confiance entre vous et votre enfant à ce sujet, ce qui peut être vraiment aidant est de déléguer cette tâche qui se passe souvent mal quand elle est effectuée par le parent. Je ne vous dis pas de dépenser 3 mois de salaires en soutien scolaire mais pourquoi pas établir une communauté d’entraide avec les parents et enfants du voisinage? Vous aidez la voisine de 4ème à comprendre son cours de biologie et elle aidera votre fille de CE2 à apprendre ses tables de multiplications…

Ici, on a testé faire les devoirs à plusieurs et ça marche super bien. Quand j’ai la possibilité d’aller chercher mes enfants à 16H30, le mercredi ou le samedi, j’invite un ou deux copains et on fait les devoir ensemble. Ils se font réciter leur leçon les uns les autres, on s’amuse à faire des quizz, des Qui veut gagner des millions, il y a une présentateur, des challenger… Bref ils apprennent leur leçon en rigolant bien et il n’y a rien de mieux pour activer les neurones! 

4. Identifier les soirs galères

Et si les soirs galères devenaient leurs soirs préférés?

On le sait tous, il y a des soirs plus galère que d’autres. Parce qu’il faut emmener Titouan au cours de guitare à 18H15, parce que c’est le jour où l’on est chez le client Bidule à l’autre bout de la région, Parce que c’est notre soir de sport et il faut que les enfants soient douchés/nourris avant 19H30… bref on a tous des jours spécifiques plus stressants, plus crevants, plus rythmés… 

Une fois que vous les avez bien identifiés, essayer d’en faire des soirs « cool raoul »: on dégaine les tomates cerises et les bâtonnets de carottes, une poignée de chips, pain/fromage, fruits et on opte pour la toilette de chat. Une ou deux fois par semaine, on a le droit d’être un mode hyper cool. Et même selon les cas en mode survie (qui a commandé une pizza???).

Parce que je vous invite à toujours privilégier la relation, plus que tout autre chose.

Un équilibre alimentaire, ça s’équilibre comme son nom l’indique, sur une semaine voir 15 Jours selon certains nutritionniste. Alors qu’un parent qui hurle sur son enfant « tu me fais chier, j’en peux plus de toi » ça va être un peu plus compliqué à réparer (mais ça se répare, merci encore à Catherine Dumonteil Kremer et son sublime programme Kintsugi)

Et vous verrez que finalement ces soirs anciennement « galère » vont vite devenir les préférés de vos enfants car vous serez plus cool, moins regardant, et plus en lien. 

6. Accueillir la décharge

Attendez vous à accueillir des manifestations émotionnelle qui s’exprimeront certainement de manière décalée

Hé oui, vous le savez, vos enfants sont parfois de vraies piles électrique au retour de l’école… Ils ont vécu tant de chose… Des disputes avec des copains, des blâmes des enseignants ou autres adultes encadrants, des déceptions, des frustrations, l’impossibilité de bouger à leur guise, de répondre à leurs besoins physiologiques en temps voulu… mais aussi de grandes excitations qui peuvent êtres positives mais difficiles à réguler. Et les voici de retour, dans le cocon de la maison, près de leur figure d’attachement (c’est de vous dont je parle! ). En sécurité quoi. Et quoi de mieux que cet espace de sécurité pour laisser exploser ces émotions contenues dans la journée?

Donc oui vous allez sûrement avoir des «crises » à accueillir. C’est déjà pas mal de le savoir, de s’y préparer. 

Et comment on accueille cela? Déjà, en ayant votre propre réservoir au moins à sa jauge minimale (ce que vous avez fait en étape 1). Ensuite, vous trouverez ici comment écouter et accompagner au mieux les émotions de vos enfants.

Sereinement, 

Mathilde

Partager

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

A lire également

Bienvenue !

Jolivet Martin Mathilde

Je suis Mathilde, psychopraticienne relaxologue et accompagnante parentale. Je t’accompagne vers plus de sérénité dans ta parentalité.

Le plus populaire

  • des parents se promènent avec leur enfant

Catégories

A lire également

Les 7 clés du parent serein !

Un programme gratuit de 7 vidéos sur 14 jours pour avancer vers plus de sérénité avec vos enfants.

Vérifiez votre e-mail ... Veuillez vérifier votre e-mail maintenant pour votre cadeau gratuit !